Fréjus, 2000 ans d’histoire

Fréjus, 2000 Ans d’Histoire

Diaporama Monument : L'Hermès

Difficile en quelques phrases de vous résumer 2000 ans d’histoire tant les siècles se sont déroulés sans rupture dans la construction de la cité.

Fréjus, fait partie du réseau « Ville et Pays d’Art et d’Histoire ». Ce label gage de richesses historiques témoigne de l’héritage du passé façonné par les hommes. Mais laissons-les nous raconter leurs histoires…

Le Général romain Gnaeus Julius Agricola, né à Forum Iulii en 40 après J.C. nous dirait par exemple :

« Je fais partie de la Gens des Julius, dont Jules César et Octave Auguste, qui sont les créateurs de la ville, sont les plus illustres représentants. Le premier aurait imaginé le marché de Jules aux alentours de 49 avant J.C. le second l’aurait développé après y avoir ramené la flotte d’Antoine et Cléopâtre prise à la bataille d’Actium en 31 avant J.C.

C’est ce qu’écrira mon gendre, l’historien Tacite dans l’œuvre qu’il me consacrera « De vita Agricolae » en 98 après J.C.

Plus justement Octave Auguste ajouterait :

« Je suis devenu le premier des Empereurs romains, sous le nom d’Auguste en 27 avant J.C. après avoir vaincu la Reine d’Égypte, Cléopâtre, à Actium. Je fis de Forum Julii ma base navale  et le plus grand port militaire de la « Mare Nostrum » avec ses 17 hectares. J’y ai établi une colonie de vétérans de la VIII ème légion, créée par mon père adoptif, Jules César. Cette ville s’enrichira progressivement d’une parure monumentale : Amphithéâtre, Aqueduc, Remparts, Portes monumentales

Puis, un peu avant la chute de l’Empire d’Occident, Saint-Léonce devint Évêque de Fréjus en 433 et raconte :

« Dès 374, lors du Concile de Valence, un évêque est prévu pour Fréjus, mais il n’est jamais venu. C’est donc moi qui fus le premier des Évêques de cette ville. J’ai pu y construire la première Cathédrale avec son Baptistère. L’Évêque Riculphe, après la destruction par les Sarrasins en 990, entreprendra la restauration de l’évêché avec l’aide du Comte Guillaume de Provence

Vint ensuite le futur Pape Jean XXII, Jacques Duèze.

« J’ai eu la Charge d’Évêque de Fréjus de 1300 à 1310. J’ai fortifié mon Palais d’Évêque de Fréjus avant de fortifier celui en Avignon où je devint Pape sous le nom de Jean XXII en 1316. »

Et l’Évêque de Fleury, surnommé « Monsieur de Fréjus», ajoute :

« J’ai eu la Charge d’Évêque de Fréjus de 1699 à 1715, puis de Premier Ministre de Louis XV à partir de 1626. C’est un autre Roi, en la personne d’Henri II, qui installera à Fréjus un siège d’Amirauté en 1585 »

Mais laissons un fils illustre de Fréjus, nous narrer :

« Je suis Emanuel-Joseph Siéyès, né à Fréjus le 3 mai 1748. C’est mon pamphlet écrit en janvier 1789 « Qu’est-ce que le Tiers état ? » qui me rendra célèbre, et qui fera de ma ville le berceau de la pensée révolutionnaire, et plus encore après le débarquement du Général Bonaparte, dans le Golfe de Fréjus le 9 octobre 1799 à son retour d’Egypte.»

Napoléon Bonaparte nous affirmerait, quand à lui :

« Je suis passé effectivement deux fois à Fréjus. Après un passage éclair en 1799, j’y suis revenu, mais cette fois pour embarquer en direction l’Île d’Elbe où j’étais condamné à l’exil. J’ai gardé un bon souvenir de l’auberge Pascal où j’ai passé la nuit du 27 au 28 avril 1839. J’ai succédé dans cette auberge au Pape Pie VII, qui y passa la nuit du 8 au 9 février 1814, après qu’il fût libéré par mes soins. Il avait déjà passé la nuit du 6 au 7 août 1809 dans cette ville, mais cette fois-ci gardé par mes troupes, à l’Hôtel des Quatre Saisons »

Quand à Victor Hugo auteur d’une des plus belles phrases sur Fréjus, empreinte d’émotion, confie :

« Il sort de tous les lieux pleins de souvenirs une rêverie qui enivre et qui fait qu’on marche ensuite longtemps au hasard…

Hasard qui m’a amené lors de mon séjour à Fréjus le 10 octobre 1839, à l’Hôtel Pascal, où j’ai pu décrire dans mon carnet de voyages la chambre où l’Empereur a dormi.

De tous les Ministres qui ont habité à Fréjus le plus célèbre est le Maréchal Galliéni :

« J’ai décidé d’installer à Fréjus et dans sa région en 1915, les Camps du Sud-Est. C’est un centre de transition et de repos pour les troupes coloniales. Destiné à accueillir les soldats indigènes venus combattre en France, dans ma ville d’adoption où je vivais au Château de la Gabelle. Cette ville de garnison abritait déjà depuis 1912, la Base Aéronavale d’où avait décollé Roland Garros le 23 septembre 1913, pour relier la Tunisie, et, par-là-même réaliser la première traversée de la Méditerranée en avion.»

Mais encore… Jean Cocteau qui viendra réaliser son dernier chef d’œuvre à Fréjus avec la Chapelle Notre-Dame-de- Jérusalem en 1963, et que l’on verra dans les arènes avec son ami Pablo Picasso.

Que de moments forts dans l’histoire de notre pays, terreau fertile de notre histoire contemporaine.

Après le renouvellement de notre agriculture, les vignes et les cultures spécialisées avaient remplacé le blé et les fourrages, c’est le tourisme qui va se développer et faire de la ville de Fréjus une des stations touristiques les plus importantes de la Côte d’Azur.

La rupture du barrage de Malpasset dans la nuit du 2 décembre 1959, n’a pas ralenti l’essor économique et culturel de la ville, avec la réalisation entre autre de Port-Fréjus en 1989, et du Théâtre le Forum en 2010 par Jean-Michel Wilmotte.

Philippe Cantarel, Guide Conférencier de l’Office de Tourisme

Pour découvrir encore mieux Fréjus et ses 2000 ans d’histoire, des visites guidées sont organisées par l’Office de Tourisme