Descriptif

Vous êtes bien à Fréjus. Pourtant c’est en franchissant un joli parc arboré que la pagode Hông Hiên Tu, vous invite au voyage spirituel bouddhiste. Respectant l’architecture traditionnelle du bouddhisme vietnamien et ornée de toute part de statues sacrées, ses couleurs chatoyantes participent de son exotisme.

Érigée à la demande des soldats indochinois basés à Fréjus dès 1915, la pagode leur permet de pratiquer leur religion en toute dignité. Plus ancienne pagode d’Europe, elle demeure encore aujourd’hui en activité.

Coordonnées

Pagode Hông Hien Tû

13 Avenue Henri Giraud, 83600 Fréjus

Partagez

Coup de coeur

  • Découvrir une autre culture
  • Profiter de son parc arboré
  • Les immenses statues colorées

Infos pratiques

Tarifs

Entrée libre

La pagode en vidéo

Pagode Hong Hien Tû

La Pagode de Fréjus est un lieu de culte, édifié en 1917 sous l’impulsion du Colonel Lame et inaugurée par les autorités municipales le 6 avril 1919, le Maire étant Marius Coullet. C’est la plus ancienne Pagode d’Europe. Elle a été fondée par les soldats des Troupes Coloniales venant d’Asie. Ceux-ci, dans le but de s’acclimater avant de monter au front, étaient cantonnés dans le Camp Gallieni. Du nom du Général Gallieni, (1849 – 1916), nommé Ministre de la Guerre, il crée à partir de 1915 les Camps du Sud-Est, camps de Troupes Coloniales basées à Fréjus, Saint-Raphaël. Ces troupes ont, tout naturellement, éprouvé le besoin d’avoir un lieu de culte pour pratiquer leur religion et enterrer leurs morts dans le respect des traditions. Un cimetière aujourd’hui disparu, existait également en ces lieux. Les ossements furent transférés entre 1965 et 1967 à la Nécropole Nationale de Luynes.

Cette Pagode a été construite conformément à l’architecture traditionnelle du Vietnam, sous l’égide du vénérable Tich Thanh Vuc, aumônier bouddhique. Elle est appelée Hong Hien Tu (Pagode de la fière race Hong Lac). Délaissée par la suite et par faute d’entretien, elle tombe en ruine et sera sauvée de l’abandon par des réfugiés vietnamiens en 1954, puis, en 1967 une association voit le jour. Par la suite, le Temple d’origine s’agrandit, de nouveaux bâtiments sont construits, et, avec le soutien des bouddhistes des autres régions de France, la rénovation fut menée à bien en 1972.

En 1984, elle figure parmi les fondateurs de l’ordre bouddhique mondial. C’est aujourd’hui une propriété privée, acquise auprès du Ministère de la défense, appartenant à l’association « Centre Bouddhique Pagode Hong Hien ».

Un bâtiment de culte, également à l’usage de réunion d’accueil et de bibliothèque a été construit en 1978. En 1979 après l’acquisition du terrain de 6100 m2, d’autres réalisations suivirent avec entre autres en 1988, la construction de la Tour An Lac (Tour de la tranquillité éternelle), destinée aux cendres des fidèles.

Des dizaines de statues sont venues agrémenter le site, dont l’acquisition en 1979 d’une statue de deux mètres et d’1,5 tonne, fondue à Bangkok, qui représente le futur Bouddha Siddhartha Gantana en méditation, installé sous un Ficus où il s’était abrité durant 49 jours de méditation avant d’obtenir l’éveil. Peu de temps après, un vénérable de la Pagode à sculpté le Bouddha entré au Nirvana (paradis) en position couché, le plus grand Bouddha couché d’Europe, (10 mètres de longueur).

Personne n’a su précisément à quel moment la vie terrestre de Bouddha s’est éteinte. Il avait environ 80 ans. Le vénérable a aussi sculpté Bouddha donnant sa première prédication à 5 disciples et la statue représentant la naissance de Bouddha au 6ème siècle avant J.C. Selon les chroniques historiques du Sri Lanka, il serait né en 624 avant J.C. à Bénarès et mort à Kusinagara.

Au cœur de ce parc, vous découvrez une réplique, réalisée à Hué, de la cloche (2,50 mètre de hauteur, 2 tonnes) du Temple de la Dame céleste du Hué, ancienne cité Impériale.

Le drapeau bouddhiste créé en 1880 adopté en 1950 au Sri Lanka, domine cette pagode. Il représente les couleurs de l’arc en ciel. Chaque couleur représentant :

Bleu : la méditation

Jaune : la pensée

Rouge : l’énergie

Blanc : la foi sereine

Orangée : l’intelligence (mélange des quatre couleurs)

La 6ème bande, verticale : la non-discrimination

La tradition bouddhique se divise en deux branches principales qui sont : Hinayana ou « petit véhicule » et la Mahayana ou « grand véhicule ». La tradition du « petit véhicule » est traditionnaliste et conservatrice, celle du « grand véhicule » est plus moderniste et plus ouverte au pratiquant laïcs. Dans la Pagode de Fréjus, c’est la tradition du « grand véhicule » qui est en vigueur.