Descriptif

Tous les mois retrouvez une anecdote, une description historique, un fait insolite, par Philippe Cantarel, le guide conférencier de l’Office de Tourisme. Grâce à lui, vous traverserez les deux mille ans d’Histoire fréjusiens différemment.

Coordonnées

Les chroniques

Philippe Cantarel, guide conférencier de l'Office de

Partagez

Les visites guidées à Fréjus

La chronique du mois

Juillet 2021

LA ROSE A CINQ PÉTALES – PORTE AUX ATLANTES

 

Les roses sont vénérées depuis des siècles, cultivées en Chine depuis au moins 5000 ans. Le vieux mot français rose, vient du latin rosa.

Les chrétiens de l’époque médiévale associaient les cinq pétales de la rose aux cinq blessures du Christ. Elle peut symbolisée la coupe qui recueillit le sang du Christ ou la transfiguration des gouttes de sang. Vers l’an 400, « Rosa alba » devint l’emblème de la Vierge. Que ce soit pour les anciens Grecs, Romains, chrétiens, francs-maçons ou autres, la rose a toujours été un symbole intemporel de l’amour, de la beauté et de l’équilibre.

Des représentations de la rose en Crète, datant de 1600 av. J.-C. nous montre des fleurs à cinq pétales. On sait que le nombre cinq succédant au quatre, nombre d’accomplissement, marque le départ d’un nouveau cycle. Au 12ème et 13ème siècle les voyageurs ramenèrent du proche Orient de nouvelles variétés de rose dont la mythique « rose de Damas », (Rose d’Ispahan).

Elle désigne une perfection achevée, un accomplissement sans défaut.

Depuis toujours, le nombre 5 est particulièrement chargé de sens. Déjà dans les temps très anciens, on le considérait comme le nombre de la sagesse et de l’harmonie. On peut citer, les 5 doigts de la main et du pied, les 5 sens, l’étoile à 5 branches que forme l’homme debout, tous membres déployés.

Cinq est le symbole de l’homme immortalisé par Léonard de Vinci qui avait dessiné l’image d’un homme tenant les bras et les jambes écartés de façon que les quatre extrémités des membres et la tête coïncident avec les sommets d’un pentagone étoilé, inscrit dans un cercle. Selon cette représentation de l’art de la Renaissance, cinq est le nombre de l’homme, en tant qu’être placé au centre du cosmos.

Cinq se rapporte à la quintessence, conçue comme l’esprit invisible des choses.

La rose est l’un des « meubles » utilisés en héraldique et sans doute la fleur la plus représentée en ce domaine, après la fleur de lys. Le dessin stylisé est inspiré de l’églantine à cinq pétales régulièrement étalée arrondis, entre lesquels apparaissent les pointes des sépales, avec au centre un bouton.

Ces deux roses à cinq pétales que l’on trouve sur les vantaux de la porte aux Atlantes, de l’hôtel particulier du XVIIème siècle, font partie du blason de la famille Vaixière. Issu d’une vieille lignée bourgeoise de Fréjus, comme depuis le XVème Siècle, qui a fourni à la cité, viguiers, juges et consuls. Alliés à de nombreuses familles nobles ou fieffées de la région, les Vaixière n’ont pas tardé à prendre la particule et des qualifications nobiliaires remisent en question lors des grandes recherches de Louis XIV sur la noblesse usurpée en 1667.