Descriptif

Tous les mois retrouvez une anecdote, une description historique, un fait insolite, par Philippe Cantarel, le guide conférencier de l’Office de Tourisme. Grâce à lui, vous traverserez les deux mille ans d’Histoire fréjusiens différemment.

Coordonnées

Les chroniques

Philippe Cantarel, guide conférencier de l'Office de

Billetterie

Infos pratiques

Partagez

Les visites guidées à Fréjus

La chronique du mois

Janvier 2022

ANCIEN HÔTEL DE VILLE DE FRÉJUS

 

L’ancien Hôtel de Ville des Maires Consuls* de Fréjus, qui se situait au Bourguet, construit entre 1554 et 1556, menaçait ruine, on ne pouvait y loger le valet de ville, les archives y étaient exposées, les réunions des conseils devaient se tenir ou dans une chambre louée, ou dans le réfectoire des observantins. Dès 1759, le conseil envisagea une autre solution. Le 25 janvier 1765, le conseil décida l’achat du jardin du sieur Carpenel. La première réunion put se tenir le 31 janvier 1768, dans l’Hôtel de Ville achevé (sous le règne de Louis XV, 1715 – 1774). Le matériau utilisé fut la pierre de Marseille. Le style Louis XV voit progressivement les linteaux cintrés ou en plein cintre (demi-cercle), s’installer. Les fenêtres s’ornent de mascarons* ou de clés sculptées qui les surmontent. Les thèmes de ces macarons peuvent-être empruntés à l’antiquité, comme sur cette façade. Les fers forgés se répandent, car ils sont décoratifs et laisse passer la lumière. La porte à l’origine, centrale et monumentale est dominée par un balcon à encorbellement, agrémenté d’un garde – corps en fer forgé qui présente des décors en courbe contre courbe et décors en haricot. Courbe contre courbe que l’on retrouve sur les guirlandes en bas-relief, sur la façade. C’est le triomphe du style Louis XV, que l’on appel aussi le style Rocaille ou style Rococo. Style inspiré par la nature, qui joue d’élégance, élégance des lignes et beauté des proportions.

La porte pour faciliter le soutien du balcon, forme une avancée convexe, avec appareillage de l’arc en crossettes. Un fronton cintré accosté de balustrades, domine cette porte. En 1867 et en 1870, la ville acheta par parties, la maison voisine, qui deviendra les postes et télécommunications.  En 1883, Monsieur le Maire Séverin Decuers* fit adopter un projet d’exhaussement de ces bâtiments. En mai 1884, l’entreprise Clergue de Cannes avait achevé le travail, sous la Troisième République (1870 – 1940). Élargissement de la façade, ouverture de fenêtres supplémentaires et surélévation des constructions avec une loggia à colonnes au dernier niveau.

 

*LES MAIRES CONSULS

Dans le sud de la France, on parle plus spécifiquement de « consulat » pour désigner les représentants de la commune, (dont la naissance remonte au XIème siècle), où le maire fait son apparition au XIIème siècle. Les membres s’appellent les consuls, généralement choisis au nombre de trois, parmi les conseillers. Ils sont cooptés par les grandes familles bourgeoises de la ville. Cette institution restera très présente jusqu’à la Révolution, œuvrant pour la sécurité de la ville, sa salubrité et réglant la vie économique.

 

*LE MASCARON est un ornement architectural, représentant généralement une figure humaine, parfois effrayante, à la fonction apotropaïque (appliquée à ce qui conjure le mauvais sort).

*SÉVERIN ÉTIENNE DECUERS est né au Luc le 14 février 1823. À l’âge de deux ans ses parents viennent s’installer à Fréjus ; Il y demeurera. Jeune il s’est lancé dans les grandes entreprises de construction. On le retrouve aux alentours de 1848 à la réfection des forts qui environnent Toulon. Il construit également le port de Bandol. Il sera Maire de Fréjus de 1874 à 1884 et de 1888 à 1889. Un boulevard, dont-il est l’instigateur porte son nom à Fréjus et sa belle villa Notre-Dame trône toujours à l’entrée de la ville.