Descriptif

Tous les mois retrouvez une anecdote, une description historique, un fait insolite, par Philippe Cantarel, le guide conférencier de l’Office de Tourisme. Grâce à lui, vous traverserez les deux mille ans d’Histoire fréjusiens différemment.

 

Coordonnées

Les chroniques

Philippe Cantarel, guide conférencier de l'Office de

Partagez

Les visites guidées à Fréjus

La chronique du mois

Mars 2020

 LE GROUPE ÉPISCOPAL – LA CATHÉDRALE SAINT-LÉONCE

La première église cathédrale (Vème siècle), a été identifiés sous l’emprise de la grande nef médiévale, placée sous le vocable de la Vierge et de Saint-Léonce (évêque de Fréjus 400 ? – 433), construite peut-être sur un ancien temple romain.

Au cours du haut moyen âge, XIème siècle, une autre église fût ajoutée au nord, contre la précédente. Cette seconde église était parallèle et contiguë à la première mais aussi plus petite, allongée au XIIème siècle, elle devient ensuite l’église paroissiale, aujourd’hui nef Saint-Etienne.

À cette époque le cimetière paroissial jouxtait le nord de cette église. Un des premiers exemples de cimetière en ville de la Gaule du sud.

On peut parler « d’église double », assez habituel à l’époque pour de tel monuments dans toute la chrétienté.

Le commencement du XIIIème siècle vit un enrichissement monumental important. La nef Notre-Dame fut entièrement reconstruite. À l’ouest furent élevées les piles, appelées à supporter la tour-clocher située dans l’axe de la nef. À l’est l’emprise de la nef fut prolongée d’une abside, en cul-de-four, surmontée d’une tour ouverte à la gorge, semblable à celle de l’enceinte urbaine, affirmant pour l’édifice un aspect fortifié, lui donnant un caractère rare dans l’architecture méditerranéenne. Cet aspect un peu militaire de l’ensemble représentant l’expression du pouvoir militaire et temporel exercé par le clergé.

Un type de voutement sur croisées d’ogives dit « Lombard » recouvre la nef. La tour du clocher, restaurée après la seconde guerre mondiale, date du XIIIème siècle pour sa partie basse et XVIème siècle pour le tambour octogonal et la flèche en « malons » vernissés de Provence.

Les stalles en boiserie de noyer, dans l’abside, datent de 1441, elles sont attribuées au sculpteur toulonnais Jean Flamenc.

Le buffet d’orgues actuel date de 1991, réalisé par Pascal Quoirin à Saint-Didier dans le Vaucluse, il s’inspire des orgues italiens des XVIIème et XVIIIème siècles.

La sacristie qui existait déjà là au XIIème siècle, est recouverte de boiserie de noyer de style Louis XV (XVIIIème siècle). Le linteau en ardoise qui surmonte la porte est sculpté aux armes du prévôt Georges Fenilis (XVIème siècle), L’aménagement en 1530 de la nouvelle entrée de la cathédrale, qui abrite de très beaux vantaux à caissons en bois sculptés, entraina la suppression de l’ancienne entrée qui donnait sur le cloître.

Elle a laissé place à l’aménagement des sépultures de 2 évêques, Mgr Barthélemy et Pierre de Camelin, aménagement qui présente deux statues commandées à un atelier génois. Dans la nef Saint-Etienne se trouve le maître autel baroque attribué à Dominique Fossati, marbrier marseillais du XVIIIème siècle.

Le retable de Sainte Marguerite est une peinture religieuse de la fin du Moyen âge, ayant pour support un assemblage de panneaux de bois.

Peint à la détrempe, technique picturale ou les couleurs sont broyées à l’eau puis délayées (ou détrempées) au moment avec de la colle de peau tiède ou de la gomme.

De style gothique international, le retable de Sainte Marguerite (1454) est l’œuvre de Jacques Durandi (vers 1410 – 1469), précurseur de Louis Brea.

Le retable de Fréjus, portant le nom du commanditaire (Antoine Boneti, bénéficier) et du peintre, est la seule œuvre que l’on peut reconnaître avec certitude à Jacques Durandi.

La Cathédrale est classée  aux Monuments Historiques depuis 1862.

Cathédrale Saint-Léonce

 

 

Archives :